19/06/2007

Ecoeurement - Formulation

ECOEUREMENT

La conclusion du procès pénal Swissair m’attriste et me met en colère. Que des «dédommagements de procédure » aient été accordés aux responsables de la débâcle ne peut que révolter les Suisses, quand bien même est-il affirmé que rien n’était pénalement répréhensible.

Que faire alors ? Sur le plan politique, qui m’intéresse, il convient de constituer une commission d’enquête parlementaire. C’est ce que demande l’UDC. Les autres partis suivront-ils ?

Des élus politiques ont exercé une influence directe ou indirecte sur Swissair. Ces élus doivent aussi assumer la responsabilité des quelque trois milliards de francs dépensés par les contribuables pour Swissair et pour la compagnie qui lui a succédé, Swiss. Ces responsabilités doivent être mises au jour. La politique doit rendre des comptes aux contribuables. Comment pourrait-on autrement imaginer que les citoyens continuent à faire confiance au monde politique ?

FORMULATION

- Dites donc, Monsieur le Conseiller National, …
- Vous pouvez m’appeler André.
- D’accord André. Vous nous donnez des adresses de sites qui sont contre les musulmans, contre l’immigration, et je sais qu’en plus vous êtes contre l’entrée de la Suisse dans l’Union Européenne, c’est quand même un peu négatif tout ça, non ?
- Et je peux vous dire que vous en oubliez : Je suis aussi contre les bandes de mendiants roumains dans nos rues, contre les augmentations d’impôts, contre le démantèlement de l’armée, et j’en passe.
- Justement, vous ne croyez pas qu’en politique il faudrait être un peu plus positif ?
- Laissez-moi vous répondre en deux  points :
D’abord, il ne s’agit que de formulation, c’est-à-dire de la forme. Prenez la Ligue contre le cancer, la lutte contre la pauvreté ou le combat contre le sida, tout cela est - dans la forme -également négatif. Pourtant nul n’aurait l’idée de critiquer ces actions sous prétexte que la formulation s’exprime négativement. Chacun comprend qu’il y a un but positif. Mais pour des raisons pratiques, d’usage ou de compréhension, on utilise la forme négative. Il en va de même en politique où, pour les mêmes raisons, la formulation est négative, mais l’esprit est positif.  
- Mais avec l’immigration et l’islamisation, vous parlez d’un autre sujet !
- Exact, mais laissez-moi poursuivre, j’en arrive à mon deuxième point : Dans ces deux cas il y a tout autant une idée positive : Celle, essentielle, de la protection - on peut même dire de la survivance - de notre forme de société. Celle-ci est mise en danger par certains mouvements dont on n’a encore mesuré ni l’ampleur ni les conséquences, et qui la menacent dans ses fondements. C’est cet attachement concret que je veux exprimer, mais, évoquant deux dangers, je suis logiquement négatif.

Et une chose encore : Si tant d’étrangers viennent chez nous, c’est bien souvent pour y trouver quelque chose qu’ils n’avaient pas chez eux : Du travail, de la sécurité, la liberté, la paix, bref ils cherchaient une qualité essentielle que notre pays a su construire et préserver tant bien que mal jusqu’à maintenant, et qu’ils n’avaient pu trouver dans leur propre pays. Alors, si pour certains politiciens et commentateurs les intérêts des étrangers passent avant ceux des Suisses, qu’ils aient au moins la logique élémentaire de protéger ces qualités que les immigrants apprécient quotidiennement chez nous. Ce combat sera finalement le  même que le mien, mais pour ma part, et c’est ce qui nous sépare, je combattrai prioritairement pour mes compatriotes.   

                                                                                        André Reymond

12:35 Publié dans Divers | Lien permanent | Commentaires (1)

09/06/2007

Réflexions

Combats
Je regarde avec tristesse à la télévision les combats au Liban. Depuis près de 35 ans ce pays connaît plus de situations de guerre que de situations de paix. Le Liban s’est ouvert et a accueilli de fort nombreux réfugiés, notamment palestiniens. Son armée étant extrêmement modeste, elle éprouve beaucoup de peine à faire face à la situation. Les civils  en sont les premières victimes.

Et le résultat est clair : De nombreux immigrants + une armée faible = troubles assurés.
Le Liban meurtri nous le rappelle et nous invite à la vigilance en ce domaine.
Puissent les Suisses comprendre ce message et cette évidence à laquelle nul pays ne saurait échapper.

 

Minarets
La députée UDC de Saint-Gall Cornelia Schaub évoque les minarets, et nous décrit le cas de la petite cité saint-galloise de Wil.

Dans cette ville, les autorités ont été confrontées à des résistances populaires lorsque le projet d’un minaret fut rendu public. Elles n'ont certes pas osé, comme à  Winterthour, recourir à une procédure accélérée excluant la publication du Projet, mais à Wil l'opposition populaire fut néanmoins ignorée. Les craintes de voir cette construction mettre en péril la paix religieuse furent écartées sans discuter.

Au Grand Conseil de St-Gall, le groupe UDC a déposé une intervention parlementaire exigeant que les citoyennes et les citoyens des communes concernées donnent leur accord à tout projet de minaret. Le parlement rejeta massivement cette proposition. Cependant un sondage réalisé par un quotidien à Wil révéla que 80% des habitants de la commune de Wil étaient opposés à une telle construction ! On le voit, en ce domaine, le monde politique est fort éloigné de la population. Il est dès lors essentiel que cette dernière puisse se prononcer directement par une initiative, car ses « représentants » semblent représenter plus volontiers les muezzins que ceux qui les ont élus…

Et la députée Schaub rappelle également qu’à Wangen, dans le canton de Soleure, (alors même que le Service suisse de renseignements ait identifié le demandeur comme étant soutenu par l'organisation violente "Loups Gris"), cela n'a pas suffi à inciter les autorités à la réserve.

 

Origine
Je lis dans l’excellente encyclopédie Wikipédia que le but du minaret est de fournir un point élevé au muezzin pour l'appel à la prière. L’auteur ajoute que le minaret n'a jamais été préconisé par le Prophète. En effet, cette innovation date de la fin du premier siècle de l'Hégire. Les théologiens de l'Islam ont été unanimes à juger le minaret comme une bonne innovation religieuse. Il faut cependant savoir qu'il existe aujourd'hui certains musulmans minoritaires qui condamnent l'existence des minarets sous prétexte que cette innovation imite les clochers des églises chrétiennes.                          

A bientôt                                                                           André Reymond             

Et n'oubliez pas de visiter mon site : www.andre-reymond.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

17:39 Publié dans Divers | Lien permanent | Commentaires (2)

Je m'y suis mis !

« Alors, André, tu n’as pas encore de blog ? »

On m’a posé souvent la question. En m’encourageant à en ouvrir un. Mais je l’avoue, j’hésitais beaucoup. Avec de nombreuses activités, il est difficile de trouver quelques instants pour évoquer ses étonnements du jour, ses indignations à la lecture des journaux, ou même ses sentiments du moment. Mais il y a quelques jours, en arrivant à Kloten de retour de l’étranger, je vois de mon siège le nom de mon parti qui s’étend sur 11'000 m2, prés de l’aéroport, bien visible par tous les voyageurs. Alors je me dis que si l’UDC fait un tel effort sur une telle superficie, je pourrai bien remplir occasionnellement quelques centimètres carrés d’un modeste blog.

Voir photo sous :                                                                  André Reymond

http://www.svp-wahlen.ch/g3.cms/s_page/50710/s_name/newsd...  

Et n'oubliez pas de visiter mon site : www.andre-reymond.com

 

17:13 Publié dans Divers | Lien permanent | Commentaires (0)

Petites nouvelles de Berne

André Reymond, Conseiller national UDC 

Petites nouvelles de Berne    

Judicieuse remarque de mon collègue de Parlement Hans Ulrich Mathys, représentant du canton d’Argovie :

« Quand un automobiliste oublie d'attacher sa ceinture, il risque une amende. Quand un contribuable oublie de déclarer un revenu ou une fortune, il doit rattraper l'impôt dû et payer des pénalités. Quand un malade affecté du diabète oublie de s'injecter de l'insuline, il s'expose à la mort. Quand l'architecte responsable de la transformation du Palais fédéral oublie de planifier assez de toilettes d'invités et de prévoir un luxueux mobilier pour les salles de séances, cela coûte 13 millions de francs de plus aux contribuables. Qui reçoivent pour toute explication que le temps pressait lors de la planification. Le planificateur s’en lave les mains, l'Office fédéral de la construction et de la logistique rejette toute responsabilité et le secrétaire adjoint de l'Assemblée fédérale a même le culot de dire que lors de la planification on avait certes calculé le prix de l'assainissement, mais oublié l'équipement intérieur. »

Y en a vraiment point comme nous !                                           André Reymond

***

Concernant les minarets et une initiative qui fait couler beaucoup d’encre, mon collègue Walter Wobmann, de Soleure, fait une remarque intéressante :

« Il existe dans les pays musulmans des milliers de mosquées sans minaret. En d'autres termes, la question de savoir si on autorise ou si on n'autorise pas la construction d'un minaret est purement politique. Interdire les minarets n'est pas interdire les mosquées; ces lieux de prière restent en place. »
 
Si de nombreuses mosquées sans minarets donnent entière satisfaction aux croyants de divers pays musulmans, pourquoi celles de Suisse devraient-elles en avoir si l’on affirme ne pas vouloir les utiliser pour les appels à la prière ?

***

Les Cantons veulent garder leur indépendance. Par pétition, les sections UDC des cantons de Suisse centrale se battent contre l'ingérence de l'UE dans la souveraineté fiscale cantonale.

Cette pétition porte le titre de "Touche pas à mon système fiscal". A lui seul, le stand UDC au Salon lucernois des arts et métiers a récolté plusieurs milliers de signatures. Ayant participé à de nombreux stands de récoltes de signatures, je suis heureux d’observer que  plus de 95% des personnes interpellées ont accepté de donner leur signature en faveur de ce que l’on peut appeler un acte de résistance face à une pression extérieure.

Par ce geste, une fois encore mes compatriotes de Suisse centrale manifestent leur attachement à notre indépendance. Sachons les soutenir.

(Voir sous http://www.svp-sz.ch/ )

Ce sera tout pour ce premier billet. A bientôt !

A. R.

Et n'oubliez pas de visiter mon site : www.andre-reymond.com

 

 

16:37 Publié dans Divers | Lien permanent | Commentaires (2)