03/04/2013

Produire chez nous ou tout acheter à l'étranger ?

Produire chez nous ou

tout acheter à l’étranger ?

 

Récemment, un de mes anciens collègues du Conseil national, déclarait, au sujet de la centrale de Mühleberg : « Si elle doit fermer cette année, nous ne subirons aucun problème de fourniture d’électricité. Il nous suffira d’acheter l’électricité à l’étranger !

Et nous ferons même des économies !»

Après de tels propos, économisons et ne produisons plus rien…

Achetons tout ce que nous consommons à l’étranger !

 

Lorsque j’étais à Cuba avec la délégation de la commission étrangère du Conseil national, un des ministres de ce bastion communiste me déclarait que le riz produit en Chine coûtait deux fois moins cher que celui produit sur l’île, transport compris.

 

Ce n’est évidemment pas un modèle à suivre, vous l’entendez bien !

 

Vous rappelez-vous  encore du scandale de cette viande avariée repêchée dans un fleuve déjà pollué et qui alimentait de nombreuses villes en eau « potable » … ?

 

Quand on connait les difficultés à suivre la traçabilité de l’origine des produits que nous consommons, les scandales anciens ou récents concernant la viande, les poissons élevés industriellement, les trafics alimentaires en tous genres, il devient de la plus haute importance de produire un maximum chez nous.

 

Heureusement, notre pays a d’autres règles ! Dans toutes les catégories de production, alimentaires ou industrielles,  la Suisse a su conserver une tradition locale, un savoir-faire, une formation transmise de génération en génération et une histoire.

 

Prenons un exemple : notre Gruyère AOC.

Nous avons 2300 producteurs de lait et 175 fromageries, composées essentiellement d’entreprises familiales.

La mise en valeur de 340.000 litres de lait nous permet de produire 30.000 tonnes de Gruyère AOC.

 

L’interprofession du Gruyère respecte trois règles principales :

se limiter à la quantité qu’elle peut produire, assurer la qualité et veiller à la rentabilité de l’entreprise.

De plus, elle est fière de fournir plus de 6000 places de travail, rien que dans ce domaine, avec des entrepreneurs compétents qui donnent de la valeur à leur profession et qui savent transmettre leur savoir-faire et leurs traditions au travers de nombreuses places d’apprentissage.

 

Et pour nous les clients…quelle sécurité ! L’assurance d’une traçabilité, la garantie d’un produit authentique issu de notre terroir et une saveur inégalable !

 

Par les temps qui courent, cela représente une valeur inestimable !

Et il y va de la survie de notre économie !

 

                                                                                                                             

 

 

                                                                                                                              André Reymond

 

 

 

 

20:02 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)